Journée de formation interdisciplinaire

Activités interassociatives

Journée complète

Séance A | Revisiter l’arbre respiratoire pédiatrique
Conférences magistrales avec périodes de questions et évaluation à l’aide d’un questionnaire interactif

Pour qui ?
Allergologues et immunologues, ORL, pédiatres, pneumologues et autres médecins spécialistes et résidents intéressés

Séance journée complète
de 8 h à 16 h 30

Lieu de l’activité
Palais des congrès de Montréal

Journée conjointe
  • Association des allergologues et immunologues du Québec
  • Association d’oto‑rhino‑laryngologie et de chirurgie cervico‑faciale du Québec
  • Association des pédiatres du Québec
  • Association des pneumologues de la province de Québec

Résumé
L’arbre respiratoire pédiatrique partage des interfaces avec les sphères ORL et gastro‑intestinales. Plusieurs pathologies immunoallergiques ont des effets sur l’arbre respiratoire et influencent, avec d’autres facteurs externes, la symptomatologie de la sphère ORL et pulmonaire, ces dernières étant interreliées. Nous tenterons, en groupe multidisciplinaire, de mieux comprendre ces différents modulateurs, puis de définir des pistes de prise en charge appropriées des pathologies en tenant compte de l’état actuel des connaissances en la matière.

Objectifs

À la fin de cette activité, les participants seront en mesure :

  • De déterminer les effets des pathologies de la sphère ORL sur l’arbre respiratoire pédiatrique ;
  • De faire des liens entre les pathologies gastro‑intestinales, ORL et pneumologiques ;
  • De faire le point sur les nouvelles lignes directrices sur l’asthme ;
  • De déterminer la place de l’immunothérapie dans le traitement de l’asthme.
Crédits de sections 1 et 3
Comité scientifique

Dre Noémie Bazinet, ORL, Association d’oto‑rhino‑laryngologie et de chirurgie cervico‑faciale du Québec
Dr Jean‑Nicolas Boursiquot, allergologue, Association des allergologues et immunologues du Québec
Dre Anne Dionne, pédiatre, Association des pédiatres du Québec
Dre Yolène Lacroix, ORL, Association d’oto‑rhino‑laryngologie et de chirurgie cervico‑faciale du Québec
Dre Marie‑Hélène Lemoine, pédiatre, Association des pédiatres du Québec
Dr Normand Petit, pédiatre, Association des pédiatres du Québec
Dr Claude Poirier, pneumologue, Association des pneumologues de la province de Québec

 

Horaire

8 h 

Mot de bienvenue

8 h 15 

L’enfant qui respire fort
– Dre Marianne Deschênes, pédiatre

Objectifs d’apprentissage :

  • Comprendre les différentes maladies qui causent le ronflement;     
  • Interpréter les conséquences du ronflement;
  • Évaluer la nécessité de faire voir le patient en ORL;
  • Expliquer au patient la pertinence d’une opération chirurgicale, si elle est indiquée.

8 h 45 

Période de questions

9 h 

La toux dans tous ses états
– Dre Anne-Marie Canakis, pneumologue pédiatrique

Objectifs d’apprentissage :

  • Élaborer les diagnostics différentiels de la toux chez l’enfant;     
  • Reconnaître les particularités de chacun des diagnostics ainsi que les examens cliniques qui s’y rapportent;
  • Instaurer le traitement approprié et en assurer le suivi.

9 h 30 

Période de questions

9 h 45 

Pause-santé – Présentation d’affiches

10 h 15 

L’asthme et la rhinite allergique, une unité
– Dr Patrick Daigneault, pneumologue pédiatrique

Objectifs d’apprentissage :

  • Comprendre le lien entre l’asthme et la rhinite;
  • Revoir les dernières lignes directrices sur l’asthme;
    ces lignes directrices dans le traitement quotidien du patient.

11 h 

Période de questions

11 h 15 

Explications sur les crédits de section 3

11 h 30

Séance d’évaluation des connaissances (section 3)  

Objectifs d’apprentissage (à partir de présentations de cas) :

  • Analyser les données probantes concernant l’arbre respiratoire;
  • Intégrer les nouveaux résultats expérimentaux à la pratique;
  • Prendre en charge les patients présentant une maladie liée à l’arbre respiratoire.

12 h

Lunch de la présidente de la FMSQ, Dre Diane Francœur

13 h

La désensibilisation allergique : quel est son intérêt en pédiatrie?
– Dre Mélanie Nguyen, allergologue immunologue

Objectifs d’apprentissage :

  • Discuter des allergies pouvant faire l’objet d’un traitement de désensibilisation;
  • Reconnaître les effets bénéfiques de la désensibilisation;
  • Se familiariser avec les différents types de désensibilisation, dont la désensibilisation sublinguale;
  • Orienter adéquatement les patients pouvant tirer profit de ce type d’approche.

13 h 30 

Période de questions

13 h 45 

Infections sinopulmonaires : quand penser au déficit immunitaire?
– Dr Fabien Touzot, pédiatre

Objectifs d’apprentissage :

  • Déterminer les cas cliniques relatifs à l’arbre respiratoire et évoquant un déficit immunitaire;
  • Se familiariser avec les principaux types de déficits immunitaires pouvant engendrer une infection sinopulmonaire;
  • Citer les examens de base nécessaires pour établir un diagnostic.

14 h 15 

Période de questions

14 h 30 

Pause-santé – Présentation d’affiches

15 h 

L’athlète à bout de souffle
– Dr Louis-Philippe Boulet, pneumologue

Objectifs d’apprentissage :

  • Expliquer le diagnostic différentiel de la dyspnée chez l’athlète;
  • Proposer au patient une évaluation clinique appropriée et pertinente; 
  • Prescrire des traitements pharmacologiques et non pharmacologiques efficaces afin de prévenir l’apparition de symptômes.

15 h 30 

Période de questions

15 h 45

Séance d’évaluation des connaissances (section 3)

Objectifs d’apprentissage (à partir de présentations de cas) :

  • Analyser les données probantes concernant l’arbre respiratoire;
  • Intégrer les nouveaux résultats expérimentaux à la pratique;
  • Prendre en charge les patients présentant des maladies liées à l’arbre respiratoire.

16 h 15

Mot de la fin et évaluation en ligne

16 h 30

Fin de l’activité

Transitions

Durant les périodes de transition défileront des diapositives sur les mythes concernant les allergies.

 

Séance B | Journée de la thyroïde et parathyroïde
Conférences magistrales avec périodes de questions

Pour qui ?
Chirurgiens généraux, endocrinologues, hématologues, internistes, nucléistes, oncologues, ORL, pathologistes, radiologistes, radio‑oncologues et autres médecins spécialistes et résidents intéressés

Séance journée complète
de 8 h à 16 h 30

Lieu de l’activité
Palais des congrès de Montréal

Journée conjointe
  • Association des médecins endocrinologues du Québec
  • Association des pathologistes du Québec
  • Association d’oto‑rhino‑laryngologie et de chirurgie cervico‑faciale du Québec

Résumé
Au cours de la journée, nous discuterons des maladies bénignes et malignes de la glande thyroïde et des glandes parathyroïdes. Il sera question de diagnostic, de gestion de cas et de traitement. Différentes approches diagnostiques seront présentées, qu’elles soient cliniques, biochimiques, radiologiques ou pathologiques. Les options de gestion de cas et de traitement comprendront des approches médicales et chirurgicales, en tenant compte de toutes les nouvelles directives et de la documentation récente sur le sujet.

Objectifs

À la fin de cette activité, les participants seront en mesure :

  • De décrire la prise en charge des nodules thyroïdiens ;
  • D’établir le diagnostic et le traitement des troubles thyroïdiens fonctionnels ;
  • De prendre en charge la gestion de l’hyperparathyroïdie et hypercalcémie.
Crédits de section 1 et 3
Comité scientifique Dre Derin Caglar, pathologiste, Association des pathologistes du Québec
Dre Louise‑Marie Giroux, pathologiste, Association des pathologistes du Québec
Dre Rebecca Leboeuf, endocrinologue, Association des médecins endocrinologues du Québec
Dr Alex Mlynarek, ORL, Association d’oto‑rhino‑laryngologie et de chirurgie cervico‑faciale du Québec
Dre Nicole Van Rossum, endocrinologue, Association des médecins endocrinologues du Québec
Horaire

8 h

Séance d’évaluation des connaissances : prétest 
Dre Rebecca Leboeuf, endocrinologue

Objectifs d’apprentissage : 

  • Tester ses connaissances dans le domaine des nodules, cancer et dysfonction de la thyroïde;
  • Comparer ses connaissances à celles de ses collègues.

8 h 15

Caractéristiques échographiques des nodules 
Dr David Landry, radiologiste

Objectifs d’apprentissage :

  • Décrire les caractéristiques bénignes des nodules thyroïdiens;
  • Reconnaître les caractéristiques plus suspectes de cancer de la thyroïde;
  • Comprendre les termes utilisés en échographie thyroïdienne.

8 h 40

FNA + nouvelles avenues moléculaires 
Dre Olga Gologan, pathologiste

Objectifs d’apprentissage :

  • Comprendre la classification Bethesda pour la cytologie thyroïdienne;
  • Se familiariser avec les nouveaux tests moléculaires;
  • Savoir analyser les résultats des tests moléculaires pour chaque patient.

9 h 05

Approche chirurgicale en 2017 
Dr Richard Payne, oto-rhino-laryngologiste

Objectifs d’apprentissage :

  • Comprendre les différentes approches chirurgicales liées à la glande thyroïde;
  • Reconnaître les décisions préopératoires;
  • Connaître les nouveautés liées à la chirurgie de la glande thyroïde.

9 h 30

Aspect pathologique + NIFPT 
Dr Derin Caglar, pathologiste

Objectifs d’apprentissage :

  • Comprendre la nouvelle nomenclature de NIFPT;
  • Réviser les différentes pathologies de la glande thyroïde.

9 h 55

Suivi postopératoire des cancers de la thyroïde 
Dre Marie-Hélène Massicotte, endocrinologue

Objectifs d’apprentissage :

  • Élaborer un plan de suivi pour les patients avec un cancer de la thyroïde à faible, moyen ou haut risque;
  • Adapter le suivi selon la réponse clinique du patient;
  • Nommer les paramètres utiles dans le suivi des patients avec cancer de la thyroïde.
 

Période de questions

10 h 20

Pause-santé de 30 minutes Présentation d’affiches 

10 h 50

Cancers réfractaires 
Dre Maryse Brassard, endocrinologue

Objectifs d’apprentissage :

  • Décrire les paramètres suggérant un cancer réfractaire;
  • Nommer des thérapies pour traiter ces cancers réfractaires;
  • Reconnaître les effets secondaires potentiels de ces traitements.

11 h 15

Hypothyroïdie 
Dre Nicole Van Rossum, endocrinologue

Objectifs d’apprentissage :

  • Discuter des avantages et des inconvénients liés au traitement de l’hypothyroïdie subclinique;
  • Réviser les interactions possibles entre différents produits lors de l’utilisation de T4;
  • Énumérer les avantages et les inconvénients liés à l’utilisation d’extraits thyroïdiens et un traitement combiné de T4 et T3.

11 h 40

Séance d’évaluation des connaissances : post-test (20 min)
Dre Rebecca Leboeuf, endocrinologue

Objectifs d’apprentissage :

  • Tester ses connaissances dans le domaine des nodules, cancer et dysfonction de la thyroïde;
  • Comparer ses connaissances à celles de ses collègues.

12 h

Lunch de la présidente de la FMSQ, Dre Diane Francœur

13 h

Séance d’évaluation des connaissances : prétest 
Dre Louise-Marie Giroux, pathologiste

Objectifs d’apprentissage :

  • Tester ses connaissances des différentes approches diagnostiques et thérapeutiques dans le traitement de l’hyperthyroïdie et de l’hyperparathyroïdie;
  • Comparer ses connaissances à celles de ses collègues.

13 h 15

Hyperthyroïdie 
Dr Michael Tamilia, endocrinologue

Objectifs d’apprentissage :

  • Comprendre le traitement médical de l’hyperthyroïdie;
  • Reconnaître les signes et les symptômes de l’hyperthyroïdie.

13 h 40

Lignes directrices hyperparathyroïde 
Dre Jasmine Kouz, endoctrinologue

Objectifs d’apprentissage :

  • Reconnaître les signes et les symptômes des l’hyperparathyroïdie;
  • Comprendre les lignes directrices pour le traitement de l’hyperparathyroïdie.

14 h 05

Localisation 
Dr Reza Forghani, radiologiste

Objectifs d’apprentissage :

  • Présenter les différentes modalités de l’imagerie pour la localisation des glandes parathyroïdes;
  • Énumérer les avantages et les désavantages des différentes modalités;
  • Se familiariser avec de nouvelles techniques de localisation des adénomes.

14 h 30

Approches chirurgicales des glandes parathyroïdes 
Dre Marie-Jo Olivier, oto-rhino-laryngologiste

Objectifs d’apprentissage :

  • Réviser l’anatomie chirurgicale et l’embryologie des glandes parathyroïdes;
  • Comprendre les indications de parathyroïdectomie;
  • Réviser les étapes critiques de la chirurgie.

14 h 55

Pause-santé  Présentation d’affiches 

15 h 30

Table ronde : présentation de 3 cas difficiles (nodule, cancer, hyperparathyroïdie) 
Dre Édith St-Jean, endocrinologue

Objectifs d’apprentissage :

  • Discuter des cas intéressants de hyperthyroïdie et parathyroïdie;
  • Apprendre les différentes approches liées aux cas difficiles.

16 h

Séance d’évaluation des connaissances (section 3) Post-test
Dre Louise-Marie Giroux, pathologiste

Objectifs d’apprentissage: 

  • Tester ses connaissances des différentes approches diagnostiques et thérapeutiques dans le traitement de l’hyperthyroïdie et de l’hyperparathyroïdie;
  • Comparer ses connaissances à celles de ses collègues.

16 h 15

Mot de la fin et évaluation en ligne 

16 h 30

Fin de l’activité

 

Séance C | Grossesse : quand les nerfs s’en mêlent !
Conférences magistrales avec périodes de questions, discussions et évaluation à l’aide d’un questionnaire interactif

Pour qui ?
Anesthésiologistes, gynécologues obstétriciens, internistes, omnipraticiens en périnatalité, neurologues et autres médecins spécialistes et résidents intéressés

Séance journée complète
de 8 h à 16 h 30

Lieu de l’activité
Palais des congrès de Montréal

Journée conjointe
  • Association des anesthésiologistes du Québec
  • Association des neurologues du Québec
  • Association des obstétriciens et gynécologues du Québec
  • Association des spécialistes en médecine interne du Québec

Résumé
Le traitement des affections neurologiques chez la femme enceinte nécessite une approche interdisciplinaire. En effet, la prise en charge d’une patiente enceinte souffrant d’une maladie neurologique chronique, comme la sclérose en plaques ou l’épilepsie, doit compter sur une équipe interdisciplinaire qui comprend l’anesthésiologiste, le médecin de famille accoucheur, le neurologue, l’obstétricien et le spécialiste en médecine obstétricale. D’autre part, la grossesse, l’accouchement et la période post‑partum peuvent être associés à différentes complications neurologiques, certaines communes, d’autres plus rares. Cette journée de formation se veut une occasion unique de réunir tous les spécialistes traitant les femmes enceintes atteintes d’une maladie neurologique, afin de favoriser une meilleure collaboration au sein des équipes de soins.

Objectifs

À la fin de cette activité, les participants seront en mesure :

  • De diagnostiquer et de prendre en charge, tant sur les plans obstétrical et médical que sur le plan anesthésiologique, diverses conditions neurologiques courantes ou plus rares chez la femme enceinte ;
  • De favoriser la collaboration entre les différentes équipes disciplinaires gravitant autour de la femme enceinte présentant diverses affections neurologiques à l’aide de discussion de cas.
Crédits de sections 1 et 3
Comité scientifique Dre Marie‑Ève Arsenault, neurologue, Association des neurologues du Québec
Dre Catherine Anku‑Bertholet, gynécologue obstétricienne, Association des obstétriciens et gynécologues du Québec
Dr Daniel Gagnon, anesthésiologiste, Association des anesthésiologistes du Québec
Dr Roupen Hatzakorzian, anesthésiologiste, Association des anesthésiologistes du Québec
Dre Hélène Marchand, interniste, Association des spécialistes en médecine interne du Québec
Dre Nadine Sauvé, interniste, Association des spécialistes en médecine interne du Québec
Horaire

8 h

Mot de bienvenue

8 h 15

Épilepsie et grossesse
– Dre Myriam Pétrin, neurologue 
– Dre Marie-Ève Roy-Lacroix, obstétricienne spécialisée en médecine fœto-maternelle 

Objectifs d’apprentissage (neurologie) :

  • Conseiller adéquatement une patiente épileptique qui est enceinte, surtout sur les anticonvulsivants et leurs effets, ainsi que sur les risques de convulsions;
  • Gérer adéquatement les médicaments de la patiente pendant la grossesse et l’allaitement;
  • Prendre en charge une crise épileptique pendant la grossesse et l’accouchement

Objectifs d’apprentissage (obstétrique) :

  • Procéder au dépistage des malformations;
  • Offrir un suivi de grossesse qui tient compte des risques liés à l’épilepsie et planifier l’accouchement pour minimiser les risques de convulsions.

 

8 h 55

Migraines et grossesse
– Dre Nadia Caron, interniste œuvrant en médecine obstétricale et gynécologique 

Objectifs d’apprentissage :

  • Poser un diagnostic de migraine après avoir exclu d’autres troubles courants ou graves;
  • Reconnaître l’évolution habituelle des migraines pendant la grossesse et le post-partum;
  • Proposer un traitement médical sécuritaire à une patiente enceinte ou qui allaite et qui souffre de migraines.

 

9 h 30

La neurofibromatose et la grossesse
– Dre Nadine Sauvé, interniste œuvrant en médecine obstétricale et gynécologique 

Objectifs d’apprentissage :

  • Procéder à l’évaluation préconception d’une femme atteinte de neurofibromatose;
  • Assurer le suivi de la femme pendant la grossesse;
  • Tenir compte des manifestations de la maladie pour planifier l’accouchement en collaboration avec les obstétriciens et les anesthésiologistes.

 

9 h 50

Pause-santé

Présentation d’affiches

10 h 20

Myasthénie grave et autres maladies neuromusculaires pendant la grossesse
– Dre Caroline Peyronnard, neurologue
– DChristian Loubert, anesthésiologiste 

Objectifs d’apprentissage (neurologie) :

  • Reconnaître les répercussions d’une grossesse sur l’évolution et le traitement de la myasthénie grave, tant pour la femme enceinte que pour le fœtus ou le nouveau-né;
  • Discuter des effets d’une grossesse chez les femmes présentant d’autres types de troubles neuromusculaires.

Objectifs d’apprentissage (anesthésiologie) :

  • Reconnaître les répercussions pour l’anesthésiologiste d’une myasthénie grave ou d’un autre trouble neuromusculaire;
  • Prendre en charge du point de vue de l’anesthésiologiste une parturiente atteinte de myasthénie grave ou d’un autre trouble neuromusculaire.

 

11 h 15

Neuropathies compressives en obstétrique
– Dre Karine Garneau, neurologue
– Dre Marie-Ève Roy-Lacroix, obstétricienne spécialisée en médecine fœto-maternelle

Objectifs d’apprentissage (neurologie) :

  • À l’examen clinique, se montrer vigilant et effectuer l’examen neurologique approprié pour établir un diagnostic de syndrome de tunnel carpien, de neuropathie du nerf honteux ou de plexopathie lombosacrée, y compris les lésions aux nerfs qui en sont issus;
  • Déterminer les facteurs prédisposant à ces neuropathies afin de les éviter autant que possible;
  • Établir la prise en charge et un suivi adaptés au pronostic de ces neuropathies.

Objectifs d’apprentissage (obstétrique) ;

  • Discuter de la position de la patiente qui accouche comme facteur de risque des neuropathies compressives.

 

12 h

Lunch de la présidente de la FMSQ, Dre Diane Francœur

13 h

Sclérose en plaques et grossesse
– Dre Julie Prévost, neurologue
– DChristian Loubert, anesthésiologiste 

Objectifs d’apprentissage (neurologie) :

  • Évaluer les répercussions d’une grossesse et de l’allaitement sur l’évolution de la sclérose en plaques, et vice-versa;
  • Résumer les données récentes sur la sécurité des traitements immunomodulateurs pendant la grossesse et l’allaitement;
  • Prendre en charge une poussée et les symptômes reliés à la sclérose en plaques pendant la grossesse.

Objectifs d’apprentissage (anesthésiologie) :

  • Reconnaître ce que suppose la sclérose en plaques pour l’anesthésiologiste;
  • Prendre en charge du point de vue de l’anesthésiologiste une parturiente atteinte de sclérose en plaques.

 

13 h 50

Qui devrait consulter l’anesthésiologiste avant le grand jour?
– Dre Geneviève Rivard, anesthésiologiste

Objectifs d’apprentissage :

  • Déterminer quels troubles neurologiques nécessitent une évaluation anesthésique antepartum chez la parturiente;
  • Choisir les examens préalables qui s’imposent en fonction d’un trouble neurologique préexistant;
  • Planifier le suivi propre à la prise en charge d’une parturiente présentant un trouble neurologique lors de l’accouchement.

 

14 h 15

Pause-santé -Présentation d’affiche

14 h 45

Complications neurologiques de la péridurale
– Dr Paul-André Malenfant, anesthésiologiste 

  • Objectifs d’apprentissage :
    Diagnostiquer les complications neurologiques liées à l’épidurale et les différencier de celles qui sont associées à la grossesse;
  • Informer les patientes sur l’incidence et l’évolution de ces complications;
  • Prendre en charge les complications et en faire le suivi.

 

15 h 15

 Séance d’évaluation des connaissances (section 3)
 Animée par Dre Nadine Sauvé, interniste œuvrant en médecine obstétricale et gynécologique

Complications vasculaires cérébrales obstétricales
 – Dre Évelyne Rey, interniste œuvrant en médecine obstétricale et gynécologique
– Dre Isabelle Boucoiran, obstétricienne spécialisée en médecine fœto-maternelle
– Dre Chantal Crochetière, anesthésiologiste

Objectifs d’apprentissage (médecine interne) :

  • À l’examen clinique, rechercher une complication intracérébrale vasculaire chez une patiente ayant des convulsions et présentant une altération de l’état de conscience;
  • Procéder à une évaluation de l’état de la patiente en tenant compte du diagnostic différentiel rattaché à sa grossesse;
  • Amorcer le traitement.

Objectifs d’apprentissage (obstétrique) :

  • Dresser le portrait de la situation pour planifier adéquatement l’accouchement.

Objectifs d’apprentissage (anesthésiologie):

  • Procéder à l’anesthésie et au monitorage approprié d’une parturiente présentant un trouble neurologique aigu.

 

16 h 15

Mot de la fin et évaluation en ligne

16 h 30

Fin de l’activité

 

Séance D | Chirurgiens et microbiologistes-infectiologues : une alliance contagieuse
Conférences magistrales avec périodes de questions et évaluation à l’aide d’un questionnaire interactif

Pour qui ?
Chirurgiens généraux, microbiologistes infectiologues et autres médecins spécialistes et résidents intéressés

Séance journée complète
de 8 h à 16 h 30

Lieu de l’activité
Palais des congrès de Montréal

Journée conjointe
  • Association des médecins microbiologistes infectiologues du Québec
  • Association québécoise de chirurgie

Résumé
Les chirurgiens et les microbiologistes infectiologues travaillent de concert pour comprendre, diagnostiquer et prendre en charge des infections courantes en chirurgie générale. C’est en collaboration qu’ils proposent des solutions pratiques et concrètes afin d’assurer une meilleure prévention des infections et améliorer les soins. Lors de cette journée, notre attention se portera sur les infections dues aux prothèses synthétiques, le traitement des péritonites, les infections des tissus mous, les fistules entérocutanées et la prise en charge du Clostridium difficile. Chaque conférence relève le défi qui consiste à proposer des solutions visant à améliorer les soins et permettant de tirer le meilleur parti possible des ressources offertes au Québec.

Objectifs

À la fin de cette activité, les participants seront en mesure :

  • De déterminer les différentes approches pour la prévention des infections en chirurgie générale ;
  • De reconnaître et de justifier les différentes avenues thérapeutiques pour la prise en charge des infections en chirurgie générale ;
  • D’illustrer l’importance de la collaboration entre chirurgiens et microbiologistes infectiologues pour la prévention et la prise en charge de diverses pathologies observées en chirurgie générale.
Crédits de sections 1 et 3
Comité scientifique Dr Jean‑Pierre Gagné, chirurgien, Association québécoise de chirurgie
Dre Julie Okapuu, microbiologiste infectiologue, Association des médecins microbiologistes infectiologues du Québec
Dr Sébastien Poulin, microbiologiste infectiologue, Association des médecins microbiologistes infectiologues du Québec
Dr Richard Ratelle, chirurgien, Association québécoise de chirurgie
Horaire  

8 h

Mot de bienvenue 

8 h 15

Prévention des infections au bloc opératoire et antibioprophylaxie
Dre Marie-Claude Roy, microbiologiste médicale et infectiologue

Objectifs d’apprentissage :

  • Décrire les principes de l’antibioprophylaxie en chirurgie générale;   
  • Préciser le choix d’antibioprophylaxie dans les cas complexes (par ex. : allergies, SARM, etc.);
  • Revoir et critiquer les mythes liés à la prévention des infections au bloc opératoire.

9 h 15

Infection de prothèses synthétiques
Dr Yves Bendavid, chirurgien  

Objectifs d’apprentissage :

  • Décrire les facteurs de risque d’infection de prothèses synthétiques;
  • Préciser la prise en charge des infections de prothèses synthétiques;
  • Revoir les types de prothèses relativement au risque d’infection.

10 h 15

Pause-santé Présentation d’affiches 

10 h 45

Infection des tissus mous
Dr Richard Ratelle, chirurgien
‒ 
Dr Philippe Martin, microbiologiste médical et infectiologue

Objectifs d’apprentissage :

  • Définir les critères cliniques et radiologiques des diverses infections des tissus mous;
  • Identifier la prise en charge initiale des infections des tissus mous;
  • Préciser la durée optimale de l’antibiothérapie dans les infections des tissus mous;
  • Préciser la prise en charge chirurgicale des infections des tissus mous et la place de la révision dans le traitement global du patient.

12 h

Lunch de la présidente de la FMSQ, Dre Diane Francœur

13 h

Péritonite et infection intra-abdominale
Dr Alexandre Bouchard, chirurgien
‒ Dr Karl Weiss, microbiologiste médical et infectiologue

Objectifs d’apprentissage :

  • Décrire la prise en charge médicale des infections intra-abdominales chirurgicales;
  • Revoir les indications opératoires des infections intra-abdominales chirurgicales;
  • Préciser la durée optimale de l’antibiothérapie dans les infections intra-abdominales chirurgicales.

14 h

Colite à C. difficile
Dre Marylise Boutros, chirurgienne
‒ Dr Yves Longtin, microbiologiste médical et infectiologue

 Objectifs d’apprentissage :

  • Identifier la sévérité des colites à C. difficile et les prendre en charge selon leur degré de sévérité; 
  • Explorer les potentielles options thérapeutiques médicales de sauvetage lors des cas sévères;
  • Revoir les indications opératoires des colites à C. difficile et les approches thérapeutiques;
  • Préciser la place des irrigations coliques par iléostomie dans la prise en charge des patients.

15 h

Pause-santé Présentation d’affiches 

15 h 15

Séance d’évaluation des connaissances (section 3) Présentation de cas et questions
Dr Richard Ratelle, chirurgien

 Objectifs d’apprentissage :

  • Évaluer sa capacité d’intégration des nouvelles connaissances sur les infections en chirurgie générale et sa capacité à les prévenir;
  • Identifier ses lacunes personnelles et établir un plan d’autoapprentissage pour approfondir les sujets pertinents à sa pratique;
  • Choisir un ou deux objectifs à approfondir et sélectionner les ressources pour les atteindre. 

16 h 15

Mot de la fin et évaluation en ligne 

16 h 30

Fin de l’activité

 

Séance E | Les tumeurs urologiques : du bistouri à l’immunothérapie
Conférence magistrales, périodes de questions et évaluation à l’aide d’un questionnaire interactif

Pour qui ?
Hématologues, oncologues, radio‑oncologues, urologues et autres médecins spécialistes et résidents intéressés

Séance journée complète
de 8 h à 16 h 30

Lieu de l’activité
 Palais des congrès de Montréal

Journée conjointe
  • Association des médecins hématologues et oncologues du Québec
  • Association des urologues du Québec

Résumé
Les cancers urologiques regroupent les cancers du rein, de la vessie et de la prostate. Traiter ces cancers nécessite une collaboration multidisciplinaire, notamment entre urologues, radio‑oncologues et hémato‑oncologues. Plusieurs traitements peuvent être proposés aux patients, qu’il s’agisse de chirurgie, de radiothérapie ou de traitements systémiques, dont la chimiothérapie, la thérapie ciblée et l’immunothérapie. Cette activité de formation fait la mise à jour des données sur la prise en charge des cancers urologiques et met l’accent sur l’application clinique des nouveaux types d’investigation et des nouvelles modalités thérapeutiques.

Objectifs

À la fin de cette activité, les participants seront en mesure :

  • D’énumérer les indications et les principaux effets secondaires de l’immunothérapie dans le cas d’un cancer urologique ;
  • De discuter de la prise en charge multidisciplinaire du cancer de la prostate, de son investigation au traitement ;
  • De déterminer le traitement d’un cancer du rein selon son stade et d’établir le rôle d’un traitement adjuvant dans le cas d’un cancer réséqué, en plus de connaître les options thérapeutiques d’un cancer oligométastatique.
Crédits de sections 1 et 3
Comité scientifique Dre Nathalie Daaboul, hémato‑oncologue, Association des médecins hématologues et oncologues du Québec
Dre Sabrina Demers, hémato‑oncologue, Association des médecins hématologues et oncologues du Québec
Dr Nader Fahmy, urologue, Association des urologues du Québec
Horaire

8 h

Place de la néphrectomie cytoréductrice et de la métastatectomie en cancer du rein
Dr Pierre Karakiewicz, urologue

Objectifs d’apprentissage :

  • Examiner les avantages et les complications de la néphrectomie cytoréductrice (NCR) et de la métastatectomie (MTST);
  • Discuter des cas particuliers de NCR : les thromboses de la veine cave, la chirurgie mini-invasive (CMI), etc.;
  • Examiner les considérations générales et spécifiques de la MTST.

8 h 45

Traitement adjuvant et thérapie ciblée en cancer du rein
Dr Denis Soulières, hémato-oncologue

Objectifs d’apprentissage :

  • Discuter du traitement adjuvant en cancer du rein;
  • Identifier les nouveautés en matière de thérapie ciblée en cancer du rein.   

9 h 30

Pause-santé – Présentation d’affiches

10 h

Immunothérapie en cancer génito-urinaire
Dr Normand Blais, hémato-oncologue

Objectifs d’apprentissage :

  • Réviser le rôle de l’immunothérapie dans le traitement du cancer urothélial et du cancer rénal;
  • Identifier le profil de toxicité de l’immunothérapie.

10 h 45

Nouvelles perspectives immunologiques et moléculaires dans le traitement du cancer de la prostate et rôle du traitement local dans le cancer avancé 
Dr Yves Fradet, urologue

Objectifs d’apprentissage :

  • Comprendre les mécanismes immunologiques et moléculaires impliqués dans l’évolution du cancer de la prostate;
  • Discuter du rôle des biomarqueurs dans la prise en charge des patients avec cancer avancé;
  • Connaître l’importance et les modalités de traitement du cancer primaire en présence de métastases limitées.

11 h 30

Séance d’évaluation de connaissance (section 3) Présentation de cas et questions

Objectifs d’apprentissage: 

  • Évaluer sa capacité d’intégration des nouvelles connaissances sur les tumeurs urologiques;
  • Comparer ses connaissances à celles de ses collègues. 

12 h

Lunch de la présidente de la FMSQ, Dre Diane Francœur

13 h

Curiethérapie en cancer de la prostate
Dre Cynthia Ménard, radio-oncologue

Objectifs d’apprentissage :

  • Revoir les bases de la curiethérapie;
  • Connaître les indications cliniques de ce traitement;
  • Discuter de l’efficacité de cette technique en se basant sur les données probantes de la littérature.

13 h 45

Utilisation de l’IRM et des nouvelles imageries moléculaires en cancer de la prostate
Dr Frédéric Pouliot, urologue

Objectifs d’apprentissage :

  • Décrire les indications et les limites des techniques d’imagerie conventionnelles (tomodensitométrie, IRM et scintigraphie osseuse) pour mettre au point et réévaluer les patients récemment diagnostiqués, récurrents ou métastatiques du cancer de la prostate;
  • Examiner le rôle de l’imagerie pour le suivi métastatique des patients atteints de cancer de la prostate en thérapies systémiques;
  • Explorer les futures promesses d’imagerie moléculaire dans le monde entier et au Canada.

14 h 15

Pause-santé – Présentation d’affiches

14 h 30

Utilisation du radium 223 en cancer de la prostate
Dre Virginie Bruneau, nucléiste

Objectifs d’apprentissage :

  • Comprendre le mode d’action du radium 223;
  • Distinguer les indications et l’efficacité thérapeutique de cette molécule.

15 h

Traitement systémique précoce du cancer de la prostate
Dre Catherine Sperlich, hémato-oncologue

Objectifs d’apprentissage :

  • Identifier le rôle de la chimiothérapie précoce chez les patients avec cancer de la prostate hormone-sensible; 
  • Discuter de la chimiothérapie précoce chez les patients avec cancer de la prostate résistant à la castration.

15 h 45

Séance d’évaluation de connaissance (section 3) Présentation de cas et questions

Objectifs d’apprentissage : 

  • Évaluer sa capacité d’intégration des nouvelles connaissances sur les tumeurs urologiques;
  • Comparer ses connaissances à celles de ses collègues.

16 h 15

Mot de la fin et évaluation en ligne

16 h 30

Fin de l’activité

 

Séance F | Prise en charge des urgences neurochirurgicales : ne perdez pas la tête !
Conférence magistrales, périodes de questions et évaluation à l’aide d’un questionnaire interactif

Pour qui ?
Anesthésiologistes, chirurgiens généraux, neurochirurgiens, pédiatres, spécialistes en médecine d’urgence, radiologistes et autres médecins spécialistes et résidents intéressés

Séance journée complète
de 8 h à 16 h 30

Lieu de l’activité
Palais des congrès de Montréal

Journée conjointe
  • Association des spécialistes en médecine d’urgence du Québec
  • Association de neurochirurgie du Québec

Résumé
L’ASMUQ et l’ANCQ unissent leurs efforts afin de vous présenter les dernières avancées en matière de prise en charge des urgences neurochirurgicales. Cette journée permettra de découvrir et de discuter des nouveautés, des controverses ainsi que des lignes directrices relatives au traitement de différentes pathologies, comme l’hémorragie intraparenchymateuse, l’hydrocéphalie aiguë et le trauma médullaire. Nous parlerons également de l’importance d’une approche pluridisciplinaire pour la prise en charge initiale du polytraumatisé, des meilleures pratiques en matière de renversement de l’anticoagulation et de la gestion des voies aériennes dans le contexte d’une urgence neurochirurgicale.

Objectifs

À la fin de cette activité, les participants seront en mesure :

  • De reconnaître les particularités de la gestion initiale et de l’intubation d’un patient souffrant d’hypertension intracrânienne ;
  • D’évaluer l’état d’un patient présentant une urgence neurochirurgicale (trauma crâniocérébral, hydrocéphalie, hypertension intracrânienne, hémorragie cérébrale) et amorcer une prise en charge optimale ;
  • De discuter des différentes options de traitement dans le cas de différentes urgences neurochirurgicales;
  • De traiter adéquatement les patients souffrant d’hémorragies intracrâniennes en ciblant une tension artérielle optimale et en renversant l’effet de différents médicaments;
  • De traiter les blessés médullaires et les patients souffrant de lombosciatalgie dans le but de favoriser leur rétablissements et de soulager leur symptômes; 
  • De déterminer les besoins en matière de collaboration interdisciplinaire pour soigner les polytraumatisés.
Crédits de sections 1 et 3
Comité scientifique

Dr Gilbert Boucher, spécialiste en médecine d’urgence, Association des spécialistes en médecine d’urgence du Québec
Dre Véronique Castonguay, spécialiste en médecine d’urgence, Association des spécialistes en médecine d’urgence du Québec
Dr Claude‑Édouard Châtillon, neurochirurgien, Association de neurochirurgie du Québec
Dr Michel Garner, spécialiste en médecine d’urgence, Association des spécialistes en médecine d’urgence du Québec
Dr Mathieu Laroche, neurochirurgien, Association de neurochirurgie du Québec
Dr Jean‑François Shields, spécialiste en médecine d’urgence, Association des spécialistes en médecine d’urgence du Québec

Horaire

8 h

Le trauma crânien aigu : point de vue du neurochirurgien
– Dr Mathieu Laroche, neurochirurgien

 Objectifs d’apprentissage : 

  • Déterminer les pathologies traumatiques crâniocérébrales qui exigent une prise en charge neurochirurgicale;
  • Discuter de la prise en charge à l’urgence du traumatisé crânien;
  • Discuter du meilleur moment (timing optimal) pour installer une dérivation ventriculaire externe (DVE).

8 h 30

Intubation des patients souffrant d’hypertension intracrânienne : do no harm
– Dr Mark Angle, anesthésiologiste

Objectifs d’apprentissage : 

  • Gérer les voies aériennes selon les règles de l’art lors d’une situation d’hypertension intracrânienne, d’origine médicale ou traumatologique, y compris chez le patient polytraumatisé;
  • Discuter des erreurs couramment commises lors de l’intubation des patients souffrant d’hypertension intracrânienne et de la façon de les éviter;
  • Discuter de la place de la kétamine et de la lidocaïne en 2017 lors de l’intubation des patients souffrant d’hypertension intracrânienne. 

9 h

Indications de non-intubation chez le patient neurologique: Protecting the airway from you  
– Dr Mark Angle, anesthésiologiste

Objectif d’apprentissage :

  • Discuter des pathologies et des indicateurs cliniques suggérant que l’intubation pourrait être futile ou délétère.

9 h 15

Compression médullaire traumatique et non-traumatique – quoi faire et quand faut-il intervenir?
– Dr Étienne Bourassa, orthopédiste

Objectifs d’apprentissage :

  • Gérer de façon optimale les blessés médullaires lors d’un trauma initial;
  • Discuter des débats actuels sur le traitement initial des blessés médullaires;
  • Déterminer le meilleur moment (timing optimal) pour effectuer une intervention chirurgicale chez les patients victimes de compression médullaire. 

9 h 45

Indications chirurgicales chez le patient souffrant d’œdème cérébral malin
– Dr Denis Sirhan, neurochirurgien

Objectifs d’apprentissage :

  • Discuter des études les plus récentes sur le traitement chirurgical de patients victimes d’un accident vasculaire cérébral (AVC) avec hypertension intracrânienne;
  • Déterminer les indications chirurgicales chez ces patients;
  • Discuter du pronostic à long terme, qu’il y ait intervention chirurgicale ou non.

10 h 15

Pause-santé – Présentation d’affiches

10 h 30

Renversement et reprise des anticoagulants et des antiplaquettaires
– Dr Éric Notebaert, urgentologue

 Objectifs d’apprentissage : 

  • Traiter adéquatement les patients présentant une hémorragie intracrânienne et prenant des antiplaquettaires ou des anticoagulants;
  • Discuter de l’efficacité et de l’utilité des différents antidotes et des transfusions de produits sanguins;
  • Déterminer à quel moment les antiplaquettaires et les anticoagulants doivent être repris après un saignement intracrânien. 

11 h

Hydrocéphalie aiguë et dysfonction de DVP (shunt) : prise en charge initiale et options de traitement
– Dr Alex Weill, neurochirurgien

Objectifs d’apprentissage : 

  • Déterminer les indicateurs cliniques suggérant une hydrocéphalie aiguë ou la dysfonction d’une dérivation ventriculo-péritonéale (DVP);
  • Déterminer la prise en charge initiale du patient souffrant d’hydrocéphalie aiguë ou de dysfonction de la DVP;
  • Discuter des options de traitement définitif de l’hydrocéphalie en fonction de l’étiologie;
  • Discuter du meilleur moment (timing) pour intervenir chez un patient présentant une dysfonction de la DVP.

11 h 30

Lombosciatalgie aiguë : prise en charge initiale et indications de prise en charge urgente en neurochirurgie
– Dr Daniel Shedid, neurochirurgien
– Dr Jérôme Paquet, neurochirurgien

Objectifs d’apprentissage :

  • Déterminer la prise en charge initiale du patient souffrant de lombosciatalgie aiguë;
  • Discuter des indications et du type d’infiltration au niveau lombaire;
  • Discuter des indications pour une consultation urgente en neurochirurgie. 

12 h

Lunch de la présidente de la FMSQ, Dre Diane Francœur

13 h

Panel d’experts : Gestion du polytraumatisé – Quand prioriser la tête?
– Dr Mathieu Laroche, neurochirurgien
– Dre Soazig Le Guillan, chirurgienne traumatologue
– Dr Christian Malo, urgentologue

Objectifs d’apprentissage (à partir de cas cliniques) : 

  • Discuter, à partir de cas cliniques, de la place du mannitol et du NS 3% dans la prise en charge des polytraumatisés présentant un grave traumatisme crâniocérébral (TCC) sévère;
  • Déterminer la priorité à accorder aux interventions et aux examens radiologiques neurologiques dans la prise en charge des polytraumatisés présentant un grave TCC (scan/DVE avant salle d’opération ?);
  • Comparer et distinguer les différentes approches cliniques lors de la prise en charge des polytraumatisés présentant un grave traumatisme crânien sévère.

14 h 15

Tension artérielle ciblée en cas d’hémorragie cérébrale
– Dre Jeanne Teitelbaum, neurologue

Objectifs d’apprentissage : 

  • Déterminer, selon les données actuelles, les tensions artérielle optimales à atteindre lors de la prise en charge des saignements intracrâniens (HSA traumatique, HSA spontanée, saignement intraparenchymateux);
  • Discuter des options de traitement de l’hypertension artérielle lors des saignements intracrâniens.

14 h 45

Pause-santé – Présentation d’affiches

15 h 15

Séance d’évaluation de connaissances (section 3) – Présentation de cas et questions

Objectifs d’apprentissage: 

  • Évaluer sa capacité d’intégration des nouvelles connaissances sur la prise en charge des urgences neurochirurgicales;
  • Comparer ses connaissances à celles de ses collègues.

16 h 15

Mot de la fin et évaluation en ligne

16 h 30

Fin de l’activité

 

Séance G | Néphro et vaisseaux : une collaboration sans insuffisance ni obstruction
Conférence magistrales, périodes de questions et évaluation à l’aide d’un questionnaire interactif

Pour qui ?
Chirurgiens vasculaires, internistes, néphrologues et autres médecins spécialistes et résidents intéressés

Séance journée complète
de 8 h à 16 h 30

Lieu de l’activité
Palais des congrès de Montréal

Journée conjointe
  • Association de chirurgie vasculaire et endovasculaire du Québec
  • Association des néphrologues du Québec

Résumé
Les réalités « néphro‑vasculaires » contemporaines et les futurs développements en la matière seront présentés lors de cette séance visant à établir les bases d’une solide collaboration interdisciplinaire pour la gestion vasculaire optimale des patients en néphrologie. La néphrologie et la chirurgie vasculaire se côtoient quotidiennement pour relever de nombreux défis diagnostiques et thérapeutiques. Nous parlerons des états pathologiques et des réalités néphrologiques périopératoires, de l’installation et du maintien d’accès artérioveineux pour la dialyse, sans oublier les considérations d’ordre vasculaire entourant la greffe rénale.

Objectifs

À la fin de cette activité, les participants seront en mesure :

  • De reconnaître les comorbidités, comme la sténose rénale et la dysplasie fibromusculaire, et d’établir un plan de traitement moderne ;
  • De définir les limitations rénales associées à une investigation vasculaire par agent de contraste et de proposer des solutions de rechange ;
  • De constater l’importance de l’évaluation préopératoire avant une greffe rénale et l’installation d’abords vasculaires en vue d’une dialyse, et de proposer des solutions dans les cas complexes ;
  • De reconnaître l’importance de l’interdisciplinarité et de la collaboration pour assurer une meilleure qualité de soins.
Crédits de sections 1 et 3
Comité scientifique Dr Daniel Garceau, néphrologue, Association des néphrologues du Québec
Dr Ghislain Nourissat, chirurgien vasculaire, Association de chirurgie vasculaire et endovasculaire du Québec
Dr Pascal Rhéaume, chirurgien vasculaire, Association de chirurgie vasculaire et endovasculaire du Québec
Dr Michel Vallée, néphrologue, Association des néphrologues du Québec
Horaire

8 h

Mot de bienvenue et explications 

SÉANCE 1 : Les pathologies sténotiques
Modérateur : Dr Ghislain Nourissat, chirurgien vasculaire

 

Dysplasie fibromusculaire : aspects néphrologiques
Dr Sébastien Savard, néphrologue

 Objectifs d’apprentissage :

  • Préciser les aspects épidémiologiques de la DFM incluant la classification pathologique;
  • Reconnaître les principales modalités d’imagerie et d’investigation;
  • Énumérer les critères diagnostiques de la DFM;
  • Définir les modalités de traitement médical.

8 h 30

La sténose rénale athéroscléreuse : aspects néphrologiques
Dr Michel Vallée, néphrologue

Objectifs d’apprentissage :

  • Définir l’épidémiologie et l’importance clinique de la sténose rénale       athéroscléreuse;
  • Préciser les critères diagnostiques radiologiques de la sténose rénale;
  • Rappeler le traitement médical de l’hypertension rénovasculaire;
  • Cibler la population où le traitement chirurgical est à considérer;
  • Résumer les avantages attendus de la revascularisation.

9 h

Pathologies sténotiques : aspects chirurgicaux
Dr Ghislain Nourissat, chirurgien vasculaire

 Objectifs d’apprentissage :

Dysplasie fibromusculaire

  • Définir les indications chirurgicales;
  • Discuter des options de traitement chirurgical en lien avec les        complications sténotiques et anévrismales;
  • Exposer les résultats attendus à long terme des traitements chirurgicaux.

Sténose rénale athéroscléreuse 

  • Énumérer et exposer les options de revascularisation rénale ainsi que leurs  complications respectives;
  • Réviser les éléments de preuve scientifiques comparant les options de revascularisation endovasculaire et chirurgicale de la sténose rénale;
  • Discuter des différents facteurs pouvant influencer le choix thérapeutique;
  • Définir si les indications de revascularisation rénale devraient être modifiées en cas de chirurgie aortique pour anévrisme.
 

Période de questions

10 h

Pause-santé Présentation d’affiches

SÉANCE 2 : La greffe rénale
Modératrice : Dre Isabelle Houde, néphrologue

10 h 30

La greffe rénale : évolution épidémiologique des patients greffés
Dre Isabelle Houde, néphrologue

 Objectifs d’apprentissage :

  • Exposer le nombre de patients greffés dans les 30 dernières années au Québec;
  • Définir l’évolution médicale à long terme des patients greffés;
  • Expliquer le changement de la population des patients candidats à la greffe;
  • Résoudre le déficit en greffon : reins marginaux, DDC, donneurs vivants. 

10 h 50

La greffe rénale : complications chirurgicales
Dre Annie-Claude Blouin, urologue

 Objectifs d’apprentissage :

  • Revoir la technique classique de transplantation rénale;
  • Expliquer les complications urologiques potentielles, les façons dont elles se présentent et les diagnostics qui y sont reliés;
  • Présenter la prise en charge des complications urologiques. 

11 h 10

La greffe rénale : complications vasculaires
Dr Ghislain Nourissat, chirurgien vasculaire

Objectifs d’apprentissage :

  • Résumer les complications vasculaires précoces et celles à long terme de la greffe rénale;
  • Exposer les modes d’investigation reliés aux complications vasculaires;
  • Présenter la prise en charge des complications vasculaires. 

11 h 30

Questions et discussion

12 h

Lunch de la présidente de la FMSQ, Dre Diane Francœur

SÉANCE 3 : Les accès vasculaires d’hémodialyse
Modérateur : Dr Miguel Chaput, chirurgien vasculaire

13 h

Hémodialyse : Comment prévoir un début de dialyse et le moment de création d’un accès vasculaire?
DSerge Cournoyer, néphrologue

Objectifs d’apprentissage :

  • Revoir les indications et le processus de début de dialyse;
  • Définir le meilleur temps pour une référence pour la création d’un accès vasculaire;
  • Définir la stratégie des abords d’hémodialyse : cathéter ou fistule?

13 h 20

Les accès vasculaires : complications thrombotiques
Dr Miguel Chaput, chirurgien vasculaire

Objectifs d’apprentissage :

  • Définir la fréquence et les causes des complications thrombotiques;
  • Exposer les options de traitement;
  • Démontrer les résultats attendus.

13 h 40

Les accès vasculaires : sténoses veineuses centrales
Dr Guillaume Garneau, radiologiste d’intervention

Objectifs d’apprentissage :

  • Définir la fréquence et les causes des sténoses veineuses centrales;
  • Exposer les options de traitement;
  • Démontrer les résultats attendus.

14 h

Les accès vasculaires : complications infectieuses
Dr Charles Frenette, microbiologiste médical et infectiologue

Objectifs d’apprentissage :

  • Définir la fréquence et les causes des complications infectieuses;
  • Démontrer la morbidité des complications infectieuses;
  • Exposer l’importance d’un programme de suivi des bactériémies chez les patients porteurs d’accès vasculaires;
  • Partager les options et les méthodes de prévention de ces complications. 

14 h 20

Les accès vasculaires : options terminales et nouvelles technologies
Dr Pascal Rhéaume, chirurgien vasculaire

Objectifs d’apprentissage :

  • Énoncer les options d’accès vasculaires avancées;
  • Exposer les conduits à accès rapide et définir leur composition et leur mode de fonctionnement propre;
  • Exposer la nouvelle technologie hybride d’accès vasculaire et définir sa  place dans l’arsenal vasculaire. 

14 h 40

Questions et discussion 

15 h

Pause-santé — Présentation d’affiches

SÉANCE 4 : Intégration des connaissances
Modérateur : Dr Pascal Rhéaume, chirurgien vasculaire

15 h 30

Jéopardy néphrovasculaire

Objectifs d’apprentissage :

  • Par l’entremise d’un jeu-questionnaire interactif, les participants seront à même d’intégrer les diverses notions acquises en cours de journée;
  • Analyser ses réponses et ses résultats en les comparant à ceux d’autres participants.

16 h 30

Mot de la fin et évaluation en ligne 

16 h 45

Fin de l’activité

 

Activités interassociatives

Demi-journée

Séance H | Douleurs aux os, problèmes aux yeux
Conférences magistrales avec périodes de question

Pour qui ?
Internistes, ophtalmologistes, rhumatologues et autres médecins spécialistes et résidents intéressés

Séance demi-journée
de 8 h à 12 h

Lieu de l’activité
Palais des congrès de Montréal

Journée conjointe
  • Association des médecins ophtalmologistes du Québec
  • Association des médecins rhumatologues du Québec

Résumé
En partageant leurs connaissances, le rhumatologue et l’ophtalmologiste peuvent confirmer des diagnostics, établir des plans d’évaluation et proposer des traitements complémentaires. Cette séance porte sur les maladies inflammatoires auto‑immunes, le syndrome de Sjögren et l’artérite temporale, ainsi que sur les nouvelles lignes directrices en matière de dépistage de la maculopathie associée à l’hydroxychloroquine (Plaquenil®).

Objectifs

À la fin de cette activité, les participants seront en mesure :

Artérite temporale

  • De décrire les manifestations cliniques de l’artérite temporale ;
  • De reconnaître les atteintes ophtalmiques de l’artérite temporale ;
  • D’établir le type d’investigation approprié en 2017 et de discuter des traitements.

Maculopathie associée à l’hydroxychloroquine (Plaquenil®)

  • De discuter des nouvelles recommandations en matière de dépistage ;
  • D’énumérer les forces et les faiblesses des méthodes de dépistage en ophtalmologie ;
  • D’énumérer les indications d’usage clinique des antipaludéens en rhumatologie et dans les autres spécialités ;
  • De comparer la dégénérescence maculaire liée à l’âge et la maculopathie due aux antipaludéens.

Maladies auto‑immunes et atteinte du segment antérieur

  • De présenter le diagnostic différentiel de l’oeil sec et son investigation ;
  • De décrire le traitement que le rhumatologue peut entreprendre en première ligne ;
  • De planifier avec l’ophtalmologiste la prise en charge de ces maladies et déterminer le traitement de deuxième ligne de la kératite sèche ;
  • D’expliquer les maladies auto‑immunes rhumatologiques qui causent les épisclérites, les sclérites et les kératites ulcéreuses périphériques ainsi que leur traitement.

 

Crédits de section 1
Comité scientifique Dre Mona Harissi‑Dagher, ophtalmologiste, Association des ophtalmologistes du Québec
Dr Ariel Masetto, rhumatologue, Association des médecins rhumatologues du Québec
Dre Francine Mathieu‑Millaire, ophtalmologiste, Association des ophtalmologistes du Québec
Dre Anne St‑Pierre, rhumatologue, Association des médecins rhumatologues du Québec
Horaire

 8 h 

Hydroxychloroquine (Plaquenil®) et maculopathie
– Dr Gilles Boire, rhumatologue
– Dr Dany Gauthier, ophtalmologiste

Objectifs d’apprentissage :

  • Discuter des nouvelles recommandations relatives au dépistage de la maculopathie due aux antipaludéens;
  • Présenter les forces et les faiblesses des méthodes de dépistage en ophtalmologie;
  • Énumérer les indications relatives à l’utilisation des antipaludéens en rhumatologie et dans les autres spécialités;
  • Comparer la dégénérescence maculaire liée à l’âge et la maculopathie due aux antipaludéens.

 8 h 45 

Période de questions

 9 h 

Artérite temporale
– Dr Éric Rich, rhumatologue
– Dre Francine Mathieu-Millaire, ophtalmologiste

Objectifs d’apprentissage :

  • Décrire les manifestations cliniques de l’artérite temporale;
  • Reconnaître les atteintes ophtalmiques de l’artérite temporale;
  • Établir l’investigation appropriée en 2017 et discuter des traitements.

 9 h 45

Période de questions

10 h  

Pause-santé – Présentation d’affiches

10 h 30 

Maladie auto-immune et segment antérieur
– Dr Arial Masetto, rhumatologue
– Dre Marie-Claude Robert, ophtalmologiste

Objectifs d’apprentissage :

  • Présenter le diagnostic différentiel de l’œil sec et son investigation;
  • Décrire le traitement que le rhumatologue peut instaurer en première ligne;
  • Planifier la prise en charge par le rhumatologue et l’ophtalmologiste, et établir le traitement de deuxième ligne de la kératite sèche;
  • Expliquer les maladies auto-immunes rhumatologiques qui causent les épisclérites, les sclérites et les kératites ulcéreuses périphériques ainsi que leur traitement.

  11 h 30

Période de questions, mot de la fin et évaluation en ligne

  12 h

Lunch, allocution de la présidente et remise de prix en DPC 

 

Séance I |Le déclin de l'empire sexuel masculin : causes, conséquences et solutions
Conférence magistrales, périodes de questions et évaluation à l’aide d’un questionnaire interactif

Pour qui ?
Cardiologues, endocrinologues, neurologues, psychiatres, urologues et autres médecins spécialistes et résidents intéressés

Séance demi-journée
de 8 h à 12 h

Lieu de l’activité
Palais des congrès de Montréal

Journée conjointe
  • Association des médecins psychiatres du Québec
  • Association des urologues du Québec

Résumé
L’andropause existe‑t‑elle chez l’homme ? Devons‑nous prescrire de la testostérone à tous les hommes qui souffrent de déclin sexuel ? Les médicaments prescrits par les médecins causent des problèmes sexuels ; y a‑t‑il des solutions ? Oui, et nous vous les présenterons. Les dysfonctions sexuelles peuvent nuire à la qualité de vie de l’homme et de son couple. Les médecins doivent se montrer plus attentifs à la vie sexuelle de leurs patients. Au cours de cette séance, nous discuterons des causes et des conséquences des dysfonctions sexuelles. Nous présenterons aussi les solutions pour aider l’homme à retrouver une vie sexuelle.

Objectifs

À la fin de cette activité, les participants seront en mesure :

  • De déterminer les causes biologiques et psychologiques de la dysfonction sexuelle ;
  • De reconnaître son effet négatif sur l’estime de soi chez l’homme ;
  • De proposer une approche globale pour son traitement.
Crédits de sections 1 et 3
Comité scientifique Dr Pierre Assalian, psychiatre, Association des médecins psychiatres du Québec
Dr Serge Carrier, urologue, Association des urologues du Québec.
Horaire

8 h

Mot de bienvenue  

8 h 05

Le déclin de la testostérone chez l’homme – Causes et traitements
Dr François Bénard, urologue

Objectifs d’apprentissage :

  • Rappeler la physiologie de la testostérone;
  • Identifier les causes du déficit en testostérone;
  • Énumérer les options de remplacement de la testostérone.

8 h 50

Le déclin de l’érection chez l’homme – Causes et traitements
Dr Serge Carrier, urologue

 Objectifs d’apprentissage :

  • Rappeler la physiopathologie de la dysfonction érectile;
  • Faire l’évaluation de la dysfonction érectile;
  • Énumérer les traitements de la dysfonction érectile.

9 h 20

L’éjaculation précoce – Causes organiques et traitements
Dr Serge Carrier, urologue

Objectifs d’apprentissage :

  • Décrire l’éjaculation précoce;
  • Identifier les causes organiques de l’éjaculation précoce;
  • Énumérer les traitements médicaux de l’éjaculation précoce.

9 h 30

Les aspects psychologiques de la dysfonction érectile et de l’éjaculation précoce
Dr Pierre Assalian, psychiatre

 Objectifs d’apprentissage :

  • Rappeler les causes psychologiques rapportées dans les DSM;
  • Illustrer les effets psychologiques sur l’homme. 

10 h

Pause-santé  Présentation d’affiches

10 h 30

Dialogue et table ronde : Solutions afin d’éviter le déclin de l’empire sexuel masculin
Dr Pierre Assalian, psychiatre
‒ Dr François Bénard, urologue
‒ Dr Serge Carrier, urologue

Objectifs d’apprentissage :

  • Énumérer les traitements de l’hypogonadisme;
  • Énumérer les traitements de la dysfonction érectile;
  • Énumérer les traitements de l’éjaculation précoce. 

11 h 30

Période de questions et discussion

12 h

Lunch de la présidente de la FMSQ, Dre Diane Francœur

 

Séance J |"Drainer le marécage" : approche interdisciplinaire des infections thoraciques complexes
Conférence magistrales, périodes de questions et évaluation à l’aide d’un questionnaire interactif

Pour qui ?
Chirurgiens généraux et thoraciques, intensivistes, microbiologistes infectiologues, pneumologues, radiologistes et autres médecins spécialistes et résidents intéressés

Séance demi-journée
de 13 h à 16 h 30

Lieu de l’activité
Palais des congrès de Montréal

Journée conjointe
  • Association des pneumologues de la province de Québec
  • Association québécoise de chirurgie
  • Société de radiologie du Québec

Résumé
Le traitement de l’empyème et de la pneumonie nécrosante avec abcès fait appel au savoir‑faire de plusieurs spécialités médicales, tant sur le plan diagnostique que sur les plans médical et chirurgical. Cette séance permettra d’établir le rôle de chacun et à évaluer les options thérapeutiques disponibles. En 2017, il semble pertinent de revoir les modalités diagnostiques, le traitement médical, les options percutanées ainsi que le
rôle de la chirurgie dans le traitement de ces pathologies.

Objectifs

À la fin de cette activité, les participants seront en mesure :

  • D’établir les critères radiologiques de l’empyème ;
  • De déterminer le type ainsi que la durée de l’antibiothérapie ;
  • De déterminer les indications de drainage percutané et de drainage thoracique standard ;
  • De reconnaître les indications de thrombolyse intrapleurale ;
  • De choisir la recette idéale pour la thrombolyse ;
  • D’établir les indications pour un traitement chirurgical ainsi que la technique à utiliser ;
  • D’établir le type et la durée de l’antibiothérapie ainsi que le rôle du traitement chirurgical dans le cas d’une pneumonie nécrosante et d’un abcès.
Crédits de sections 1 et 3
Comité scientifique Dre Christine Boudreau, radiologiste, Association des radiologistes du Québec
Dr Patrice Lemieux, chirurgien, Association québécoise de chirurgie
Dr Claude Poirier, pneumologue, Association des pneumologues de la province de Québec
Dr Georges Rakovich, chirurgien, Association québécoise de chirurgie
Horaire  

12 h

Lunch de la présidente de la FMSQ, Dre Diane Francœur

13 h

Mot de bienvenue

Diagnostic radiologique de l’empyème
Dre Christine Boudreau, radiologiste

Objectifs d’apprentissage :

  • Connaître des critères radiologiques d’empyème;
  • Identifier certains signes radiologiques permettant de différencier l’abcès pulmonaire de l’empyème localisé;
  • Faire la distinction entre l’abcès pulmonaire et la pneumonie nécrosante à la TDM.

13 h 15

Drainage percutané des épanchements complexes : qu’est-ce qui est faisable en 2017?
Dre Christine Boudreau, radiologiste

Objectifs d’apprentissage :

  • Connaître les indications de drainage percutané dans les cas d’empyème;
  • Discuter des avantages / inconvénients en ce qui concerne la grosseur du drain;
  • Connaître les contre-indications/limites du drainage percutané.

13 h 30

Thrombolyse intrapleurale : quand et comment?
Dr Thomas Vandemoortele, pneumologue

Objectifs d’apprentissage :

  • Établir les indications / contre-indications de la thrombolyse intrapleurales;
  • Connaître les agents de thrombolyse ainsi que leur efficacité relative.

13 h 50

L’antibiothérapie : quoi, et aussi… pour combien de temps?
Dr Christian Lavallée, microbiologiste et infectiologue

Objectifs d’apprentissage :

  • Connaître les germes les plus fréquents dans les cas d’empyème;
  • Établir les agents antibiotiques appropriés chez cette population;
  • Établir la durée optimale du traitement. 

14 h 10

La place de la chirurgie dans les infections intrathoraciques complexes en 2017
Dr George Rakovich, chirurgien thoracique

Objectifs d’apprentissage :

  • Comprendre la place de la thoracoscopie dans le traitement des épanchements parapneumoniques complexes;
  • Comprendre les options chirurgicales, autres que la résection parenchymateuse, dans le traitement des infections intrathoraciques complexes.

14 h 40

Pour ou contre : l’abcès pulmonaire complexe… drain / antibiotiques VS chirurgie?
Dr George Rakovich, chirurgien thoracique
‒ Dr Thomas Vandemoortele, pneumologue

Objectifs d’apprentissage :

  • Être capable de distinguer l’abcès pulmonaire simple de la pneumonie nécrosante;
  • Connaître les options de traitement médical dans les cas de pneumonie nécrosante;
  • Reconnaître le potentiel élevé de morbidité périopératoire de la résection pulmonaire dans les cas de pneumonie nécrosante.

15 h

Pause-santé  Présentation d’affiches

15 h 20

Séance d’évaluation des connaissances (section 3) Présentation de cas et questions
Dr Patrice Lemieux, chirurgien général et thoracique

Objectifs d’apprentissage: 

  • Évaluer sa capacité d’intégration des nouvelles connaissances sur l’approche interdisciplinaire des infections thoraciques complexes;
  • Comparer ses connaissances à celles de ses collègues.

16 h 20

Mot de la fin et évaluation en ligne

16 h 30

Fin de l’activité

 

Activités fédératives

Demi-journée

Séance 1 | Je tweete, nous tweetons, ils tweetent…
Conférences magistrales avec périodes de questions

Pour qui ?
Tous les médecins spécialistes et résidents intéressés

Séance demi-journée
de 8 h à 12 h

Lieu de l’activité
Palais des congrès de Montréal

Résumé
Sensibiliser les médecins spécialistes à l’importance grandissante des médias sociaux.

Objectifs

À la fin de cette activité, les participants seront en mesure :

  • De déterminer les risques associés aux médias sociaux dans le cadre de soins offerts aux patients ;
  • De reconnaître les avantages qu’il y a à participer aux débats publics et ainsi informer la population sur les enjeux de santé ;
  • De découvrir le plaisir de cette autre source d’information… en temps réel.
Crédits de section 1
Comité scientifique

Dre Diane Francoeur, obstétricienne gynécologue, présidente de la FMSQ
M. Jean‑Sébastien Giroux, vice‑président exécutif et associé, Substance stratégies
Mme Nicole Pelletier, ARP, directrice, Affaires publiques et Communications, FMSQ

En collaboration avec le comité de planification de la 10e Journée de formation interdisciplinaire de la FMSQ

Horaire  À venir

 

Séance 2 | Gérer et prévenir les conflits personnels et organisationnels associés à l’aide médicale à mourir
Conférences magistrales avec périodes de questions, table ronde d’experts, analyses de cas et évaluation à l’aide d’un questionnaire interactif

Pour qui ?
Tous les médecins spécialistes et résidents intéressés aux enjeux médicaux, légaux, éthiques et organisationnels associés à l’aide médicale à mourir

Séance demi-journée
de 8 h à 12 h

Lieu de l’activité
Palais des congrès de Montréal

Résumé

Les enjeux éthiques, légaux et organisationnels entourant l’aide médicale à mourir (AMM) sont éloquents. Les tensions et les conflits relatifs à l’AMM peuvent survenir dans plusieurs circonstances : entre les membres de la famille de la personne qui en fait la demande, entre le patient, sa famille et les intervenants, entre les intervenants eux‑mêmes, entre les intervenants concernés et leurs proches. Et c’est sans compter les tensions et les désaccords au sein de la société et des médias. Les problèmes éthiques suivants feront l’objet de cet atelier : autonomie et aptitude, communication avec le patient et sa famille, justice et éthique organisationnelles, objection de conscience et respect des patients. La gestion des désaccords et des conflits sera traitée à l’aide d’exercices pratiques.

Cet atelier comporte des activités interactives (témoignages, discussions) ainsi que des jeux de rôles sur les thèmes suivants :

  • Gestion des demandes d’AMM ;
  • Annonce au patient et à sa famille du refus opposé à une demande d’AMM ;
  • Gestion des tensions et des conflits entre les intervenants ;
  • Optimisation du bien‑être des intervenants directement concernés ;
  • Implantation et optimisation du fonctionnement d’un GIS (groupe interdisciplinaire de soutien).

Objectifs

À la fin de cette activité, les participants seront en mesure :

  • De décrire le contexte historique et légal de l’AMM au Québec et au Canada ;
  • D’identifier les sources de tensions et de conflits entourant l’AMM au Québec, ainsi que des pistes de solutions pratiques ;
  • D’énumérer diverses solutions personnalisées et organisationnelles visant à optimiser l’expérience des patients demandant l’AMM (et de leur famille) ;
  • D’énumérer différentes solutions pratiques visant à optimiser l’expérience des intervenants en matière d’AMM.
Crédits de sections 1 et 3
Comité scientifique

Mme Marie‑Ève Bouthillier, chef, Unité d’éthique clinique, Direction qualité, évaluation, performance et éthique, CISSS Laval, Hôpital de la Cité‑de‑la‑Santé
Dre Annie Janvier, pédiatre, chercheuse en éthique clinique, Université de Montréal
Dre Guylaine Larose, pédiatre urgentiste, titulaire d’une maîtrise en droit et politique de la santé, Université de Montréal
Dr Antoine Payot, pédiatre, directeur, Bureau de l’éthique clinique, chef de l’unité clinique, Université de Montréal
Dre Anny Roy, cardiologue, CISSS Laval, Hôpital de la Cité‑de‑la‑Santé

En collaboration avec le comité de planification de la 10e Journée de formation interdisciplinaire de la FMSQ

Horaire  À venir

 

Séance 3 | Entre l’arbre et l’écorce : adolescents et parents, consentement et confidentialité
Conférences magistrales avec périodes de questions, table ronde d’experts, discussions de cas et évaluation

Pour qui ?
Tous les médecins spécialistes et résidents intéressés

Séance demi-journée
de 8 h à 12 h

Lieu de l’activité
Palais des congrès de Montréal

Résumé
Dans le cadre de votre pratique professionnelle, vous arrive‑t‑il de vous sentir coincés entre vos patients adolescents et leurs parents ? Sauriez‑vous comment aborder les limites de la confidentialité avec vos patients adolescents ? L’adolescence est une période unique où le patient n’est plus un enfant sans être toutefois un adulte. Cette activité vous donnera l’occasion de réfléchir, à l’aide de vignettes et de scénarios d’expériences vécues, aux défis que le consentement et la confidentialité médicale représentent pour les professionnels de la santé. Animé par une spécialiste de médecine de l’adolescence ayant plusieurs années d’expérience à l’urgence pédiatrique et une juriste spécialisée en droit médical, cet atelier interactif propose un éclairage clinique, juridique et déontologique des contours du consentement et de la confidentialité médicale en ce qui concerne les adolescents.

Objectifs

À la fin de cette activité, les participants seront en mesure :

  • D’énumérer les limites et les exceptions en matière de confidentialité applicable aux adolescents au Québec ;
  • De reconnaître les normes relatives au consentement et au refus de traitement chez les mineurs, qu’ils aient moins de 14 ans ou 14 ans et plus.
Crédits de section 1
Comité scientifique

Mme Louise Bernier, professeure agrégée, Faculté de droit, Université de Sherbrooke
Dre Suzanne MacDonald, pédiatre, CUSM – Hôpital de Montréal pour enfants

En collaboration avec le comité de planification de la 10e Journée de formation interdisciplinaire de la FMSQ

Horaire À venir

 

Séance 4 | Qui a besoin d’un système de suivi ? Certainement vous, vos collègues… et vos patients !
Atelier interactif

Pour qui ?
Tous les médecins spécialistes et résidents intéressés, qu’ils pratiquent en cabinet ou en milieu hospitalier

Séance demi-journée
de 8 h à 12 h

Lieu de l’activité
Palais des congrès de Montréal

Résumé
Cet atelier vous sensibilisera à l’importance du suivi des résultats d’une investigation, la responsabilité des médecins quant au suivi des résultats, l’analyse des différents obstacles à l’implantation d’un système de suivi fiable et la recherche de solutions concrètes à certains de ces obstacles. De plus, les outils nécessaires seront proposés aux participants pour créer un plan d’action afin de mettre sur pied un système de suivi fiable dans leur milieu de pratique et ainsi diminuer leurs risques médicolégaux dans ce domaine.

Objectifs

À la fin de cette activité, les participants seront en mesure :

  • De décrire un modèle de responsabilité partagée quant au suivi des résultats d’investigations;
  • De déterminer, dans le cadre de votre pratique, les obstacles à l’implantation d’un système de suivi fiable;
  • De concevoir un plan d’action pour l’établissement d’un système de suivi fiable.
Crédits de sections 1 et 3
Comité scientifique

Dre Marie‑Pierre Carpentier, spécialiste en médecine d’urgence, médecin‑conseil, Amélioration de la pratique, Association canadienne de protection médicale
Dre Lorraine LeGrand Westfall, chirurgienne, directrice, chef de la protection des renseignements personnels, Affaires régionales, Association canadienne de protection médicale
Dr Tino D. Piscione, pédiatre néphrologue, médecin‑conseil, Amélioration de la pratique, Association canadienne de protection médicale

En collaboration avec le comité de planification de la 10e Journée de formation interdisciplinaire de la FMSQ

Horaire

8 h

Première partie
Dre Marie-Pierre Carpentier, urgentologue
‒ Dre Lorraine LeGrand Westfall, chirurgienne
Dr Denis Choquette, rhumatologue

Objectifs d’apprentissage :

  • Décrire les obligations professionnelles, déontologiques et médico-légales liées au suivi des résultats des examens d’investigation;
  • Discuter des obstacles liés à l’établissement d’un système de suivi fiable dans votre pratique;
  • Reconnaître le rôle du dossier médical électronique (DME) dans le suivi du résultat des investigations.

9 h 30

Atelier interactif et processus de réflexion

Objectifs d’apprentissage :

  • Identifier les problématiques de suivi dans leur pratique individuelle;
  • Amorcer un processus de réflexion sur les problématiques et les enjeux identifiés.

10 h 30

Pause-santé — Présentation d’affiches 

11 h

Deuxième partie
Dre Marie-Pierre Carpentier, urgentologue
‒ Dre Lorraine LeGrand Westfall, chirurgienne
‒ Dr Denis Choquette, rhumatologue

 Objectifs d’apprentissage :

  • Analyser le processus de sa propre pratique de suivi des examens d’investigation;
  • Identifier et mettre en œuvre des solutions pour augmenter la sécurité des soins et diminuer ses risques médico-légaux. 

12 h

Lunch de la présidente de la FMSQ, Dre Diane Francœur

13 h

Fin de l’activité

 

Séance 5 | Comment annoncer une mauvaise nouvelle ?
Atelier interactif et jeux de rôles

Pour qui ?
Tous les médecins spécialistes et résidents intéressés

Séance demi-journée
de 8 h à 12 h

Lieu de l’activité
Palais des congrès de Montréal

Résumé
Avez‑vous déjà eu à annoncer une mauvaise nouvelle ? Bien sûr que oui. Cet atelier vous propose de discuter de l’annonce d’une mauvaise nouvelle et d’améliorer vos compétences à cet égard. À partir de mises en situation et de jeux de rôles, vous serez à même d’échanger sur différentes façons d’annoncer de mauvaises nouvelles et de vous familiariser avec les meilleures façons de procéder. Les exemples fournis peuvent s’appliquer en pédiatrie, à l’urgence, en gériatrie, en oncologie et en soins palliatifs.

Objectifs

À la fin de cette activité, les participants seront en mesure :

  • D’intégrer les étapes de l’annonce d’une mauvaise nouvelle ;
  • D’appliquer cette démarche dans le contexte d’une entrevue axée sur le patient.
Crédits de sections 1 et 3
Comité scientifique

Dre Geneviève Bernard, neurologue pédiatre, CUSM – Hôpital de Montréal pour enfants
Dr Roger Ladouceur, omnipraticien, responsable du plan de DPC, Direction de l’amélioration de l’exercice, Collège des médecins du Québec

En collaboration avec le comité de planification de la 10e Journée de formation interdisciplinaire de la FMSQ

Horaire  À venir

 

Séance 6 | Traitement de l’accident vasculaire cérébral aigu
Conférences magistrales avec périodes de questions et évaluation à l’aide d’un questionnaire interactif

Pour qui ?
Tous les médecins spécialistes et résidents intéressés

Séance demi-journée
de 8 h à 12 h

Lieu de l’activité
Palais des congrès de Montréal

Résumé
Les modalités du traitement de l’accident vasculaire cérébral (AVC) aigu ont changé de façon importante selon les récentes données probantes. Le but de cette activité est de revoir les modalités de triage en cas d’AVC aigu en fonction des critères cliniques et radiologiques, de discuter des indications de thérapie médicale et de thrombectomie endovasculaire. Le rôle de la tomodensitométrie avec ou sans perfusion ainsi que celui de l’angiographie par tomodensitométrie feront aussi l’objet des discussions. À l’aide de vignettes cliniques, les participants auront l’occasion de confirmer l’acquisition de nouvelles connaissances et de recevoir une rétroaction personnalisée.

Objectifs

À la fin de cette activité, les participants seront en mesure :

  • De reconnaître les signes cliniques de l’AVC aigu et d’en décrire les critères cliniques ;
  • De déterminer les critères radiologiques de l’AVC aigu ;
  • De résumer les modalités du traitement de l’AVC aigu.
Crédits de sections 1 et 3
Comité scientifique

Dre Donatella Tampieri, radiologiste, directrice du Département de neuroradiologie diagnostique et d’intervention, Institut et hôpital neurologiques de Montréal
Dre Jeanne Teitelbaum, neurologue, directrice du programme des soins neurointensifs, Institut et hôpital neurologiques de Montréal

En collaboration avec le comité de planification de la 10e Journée de formation interdisciplinaire de la FMSQ

Horaire  

8 h

 

 

 

AVC aigu : évaluation initiale, attention aux mimiques!
— Dre Jeanne Teitelbaum, neurologue

Objectifs d’apprentissage :

  • Reconnaître les signes classiques des différents types d’AVC;
  • Connaître les mimiques les plus fréquentes;
  • Acquérir une approche rapide et efficace, mais sans se dépêcher.
 8 h 30

Traitement actuel de l’AVC aigu
— Dre Jeanne Teitelbaum, neurologue

Objectifs d’apprentissage :

  • Connaître les traitements possibles pour l’AVC aigu ischémique;
  • Connaître les indications, les contre-indications et les avantages des différents traitements.

9 h

Pause-santé — Présentation d’affiches

9 h 30

 

 

 

 

Imaging criteria for patient selection
— Dre Donatella Tampieri, neuroradiologiste interventionnelle

Objectifs d’apprentissage :

  • Connaître les modalités radiologiques utilisées pour visualiser l’ischémie aiguë;
  • Savoir choisir entre les modalités selon le cas;
  • Savoir choisir les patients qui peuvent bénéficier de thrombectomie.

10 h 30

Séance d’évaluation des connaissances (section 3) ‒ Présentation de cas et questions
— Dre Jeanne Teitelbaum, neurologue
— Dre Donatella Tampieri, neuroradiologiste interventionnelle

 11 h 45 Mot de la fin et évaluation en ligne

12 h 

Lunch de la présidente de la FMSQ, Dre Diane Francœur

 

Séance 7 | La planification de la retraite, à court et à long termes : les aspects financiers
Conférence magistrale avec périodes de questions

Pour qui ?
Tous les médecins spécialistes et résidents intéressés
Invitez votre conjoint

Séance demi-journée
de 8 h à 12 h

Lieu de l’activité
Palais des congrès de Montréal

Résumé

« Le mot retraite n’a jamais fait partie de mon vocabulaire, mais il faudra bien que j’y pense un jour. » Croyez‑vous avoir suffisamment d’argent pour la retraite ? Connaissez‑vous bien les régimes gouvernementaux (RRQ, RPC) ? Utilisez‑vous de bonnes stratégies fiscales pour atteindre vos objectifs de retraite ? Cet atelier interactif répondra à ces questions et abordera aussi d’autres sujets qui s’y rapportent, comme les abris fiscaux, les crédits d’impôt et les risques financiers inhérents à la retraite. Traitées avec précision, rigueur et bien vulgarisées par un animateur ayant plusieurs années d’expérience en la matière, les explications qui vous seront fournies vous permettront de prendre des décisions éclairées sur votre avenir.

Si cette séance vous intéresse, nous vous recommandons de compléter la journée en vous inscrivant aux séances 8 ou 9.


Objectifs

À la fin de cette activité, les participants seront en mesure :

  • De décrire les éléments importants d’une planification financière de base et de les rassembler en vue d’une éventuelle rencontre avec un planificateur financier ;
  • De définir les principaux produits d’épargne et de différencier les différents véhicules de placements ;
  • De démystifier les phénomènes de décaissement, de planification et de fragmentation des revenus de retraite.
Crédits de section 1
Comité scientifique

M. Benoit Chaurette, fiscaliste et planificateur financier, Financière des professionnels

En collaboration avec le comité de planification de la 10e Journée de formation interdisciplinaire de la FMSQ

Horaire  À venir

 

Séance 8 | La planification de la retraite, à court et à long termes : les assurances et les aspects juridiques
Conférence magistrale avec périodes de questions

Pour qui ?
Tous les médecins spécialistes et résidents intéressés
Invitez votre conjoint

Séance demi-journée
de 13 h à 16 h 30

Lieu de l’activité
Palais des congrès de Montréal

Résumé

Le patrimoine familial s’applique‑t‑il aux conjoints de fait ? Suis‑je trop assuré ? Quelles conséquences pourrais‑je subir si je deviens inapte et ne suis pas protégé par un mandat en cas d’inaptitude ? Ai‑je besoin d’une fiducie testamentaire ? Cet atelier interactif répondra à toutes ces questions et abordera aussi d’autres sujets juridiques importants. Les explications fournies par un notaire vous permettront de prendre des décisions éclairées sur vos besoins en la matière.

Si cette séance vous intéresse, nous vous recommandons de compléter la journée en vous inscrivant à la séance 7.


Objectifs

À la fin de cette activité, les participants seront en mesure :

  • D’évaluer leurs besoins actuels et futurs en assurances ;
  • De décrire les objectifs d’un testament, d’un contrat d’union de fait, d’un mandat en cas d’inaptitude et d’une procuration ;
  • De planifier une succession en cas de décès et de savoir quand une fiducie testamentaire peut être utile ;
  • De réaliser le rôle de leur statut familial dans le cadre d’une planification financière et de leur préparation à la retraite.
Crédits de section 1
Comité scientifique

Me Nathalie Poisson, notaire, Financière des professionnels
Roxane Rondeau-Daoust , conseillère, Sogemec Assurances

En collaboration avec le comité de planification de la 10e Journée de formation interdisciplinaire de la FMSQ

Horaire  À venir

 

Séance 9 | La planification de la retraite, à court et à long termes : les aspects psychosociaux, réglementaires et déontologiques
Conférences magistrales, atelier interactif avec périodes de questions

Pour qui ?
Tous les médecins spécialistes et résidents intéressés
Invitez votre conjoint

Séance demi-journée
de 13 h à 16 h 30

Lieu de l’activité
Palais des congrès de Montréal

Résumé

En général, les médecins de famille prennent leur retraite à 68 ans et les autres spécialistes, à 72 ans. Sont‑ils tous prêts psychologiquement ? Quand et comment en informent‑ils leurs patients ? Planifient‑ils leur retraite ? Comment évitent‑ils de s’ennuyer ? Quelles sont les obligations déontologiques d’un médecin qui diminue sa pratique ou qui envisage la retraite ? Cette séance aborde de façon interactive les aspects psychosociaux et déontologiques de la retraite. Elle saura préparer à la retraite le médecin d’âge moyen et le médecin en fin de carrière.

Si cette séance vous intéresse, nous vous recommandons de compléter la journée en vous inscrivant à la séance 7.


Objectifs

À la fin de cette activité, les participants seront en mesure :

  • De maîtriser leurs obligations lors d’un changement de statut ;
  • D’envisager différentes options pour une retraite en douceur, notamment un changement ou une réduction de leurs activités professionnelles.
Crédits de section 1
Comité scientifique

Dre Isabelle Amyot, pédiatre, adjointe aux enquêtes, Direction des enquêtes, Collège des médecins du Québec
Dr André Jacques, omnipraticien, conseiller en DPC

En collaboration avec le comité de planification de la 10e Journée de formation interdisciplinaire de la FMSQ

Horaire  À venir

 

Séance 10 | La santé psychologique : les leçons de la résilience
Conférences magistrales avec périodes de questions et évaluation à l’aide d’un questionnaire interactif

Pour qui ?
Tous les médecins spécialistes et résidents intéressés

Séance demi-journée
de 13 h à 16 h 30

Lieu de l’activité
Palais des congrès de Montréal

Résumé
S’inspirant des dernières recherches en psychologie, en neurophysiologie et sur les activités intentionnelles, cette conférence présente des stratégies pour construire et conserver sa résilience psychologique. Le contenu de cette séance porte surtout sur trois grands volets : la définition et l’impact des activités intentionnelles, les attitudes favorisant la santé psychologique et la régulation affective. Ces stratégies s’avèrent utiles tant pour des intervenants chevronnés que pour des personnes en difficulté ou en recherche d’équilibre. De véritables histoires de cas illustrant les mécanismes de résilience et de croissance post‑traumatique viennent éclairer le propos.

Objectifs

À la fin de cette activité, les participants seront en mesure :

  • De déterminer les stratégies cognitivo‑affectives favorables au développement de la résilience psychologique ;
  • De décrire les éléments clés sous‑jacents à la résilience psychologique et à la croissance post‑traumatique ;
  • De définir les mécanismes inhérents à une saine gestion de l’émotion.
Crédits de sections 1 et 3
Comité scientifique

Dre Anne Magnan, omnipraticienne, directrice générale, Programme d’aide aux médecins du Québec
Mme Rachel Thibeault, ergothérapeute et spécialiste en réadaptation, Université d’Ottawa

En collaboration avec le comité de planification de la 10e Journée de formation interdisciplinaire de la FMSQ

Horaire  À venir

 

Séance 11 | Ensemble pour le don d’organes, pour la vie !

Veuillez noter que la séance sera substituée, puisque Transplant Québec sera représenté par un porte-parole au kiosque  de la FMSQ.  

Nous vous invitons à venir rencontrer Monsieur Hugues Villeneuve, chef du service de l’enseignement et du développement hospitalier,  qui sera disponible pour répondre à toutes vos questions relativement au don d’organes.

 

Séance 12 | Comment utiliser la simulation comme méthode pédagogique dans votre milieu clinique
Atelier interactif

Pour qui ?
Tous les médecins spécialistes et résidents intéressés

Séance demi-journée
COMPLET (voir note dans le résumé)

Lieu de l’activité
Palais des congrès de Montréal

Résumé

Lors de cet atelier interactif, le participant aura la possibilité de réviser les différents usages de la simulation, son historique et son évolution. Il pourra acquérir un certain contrôle sur son environnement éducationnel tout en diminuant les risques de l’apprentissage auprès des patients. Il pourra évaluer les différentes étapes nécessaires à l’organisation d’activités de simulation sur mesure à travers ses activités cliniques et son mode de pratique. Il sera en mesure de choisir les outils nécessaires à la planification de ses séances de simulation et de planifier la logistique qui y est inhérente. Il sera amené à réfléchir sur les méthodes pour une rétroaction de qualité en se servant de techniques particulières.

Cet atelier permettra aux participants d’évaluer la coiffe de rotateurs de l’épaule et de déterminer les diagnostics les plus fréquents (tendinopathie, rupture tendineuse et bursopathie) en pathologie mécanique de l’épaule. Ils seront encadrés par des instructeurs ayant plus de 10 ans d’expérience en échographie musculosquelettique et en kinésithérapie (MSK). Les participants pourront mettre en pratique les techniques enseignées sur des patients standardisés.

NOTE: 

Toutes les places pour cette séance (en matinée et en après-midi) ont été réservées.  Cependant, si quelques-unes devaient se libérer, nous serions heureux de vous en informer. 

Si ce cours vous intéresse et si vous souhaitez assister à cette séance, veuillez nous laisser vos coordonnées en communiquant avec un agent du bureau des inscriptions, au 514 287-9898 (poste 250), ou par courriel, à :  10jfi-inscription@jpdl.com. Nous communiquerons avec vous dès qu’une place se libère.


Objectifs

À la fin de cette activité, les participants seront en mesure :

  • De décrire les principes qui définissent la simulation, y compris ses avantages et ses désavantages, ainsi que les étapes de la conception d’une activité de simulation ;
  • D’utiliser les bons outils pour répondre aux besoins de formation par simulation et d’organiser son activité avec les composantes requises par divers contextes cliniques ;
  • De décrire le cadre et les principes de base de la rétroaction.
Crédits de section 1
Comité scientifique

Dre Arielle Lévy, pédiatre urgentologue, codirectrice du programme de formation en simulation du Centre de simulation Mère‑enfant (CSME) du CHU Sainte‑Justine
Dr Ahmed Moussa, pédiatre en néonatalogie, directeur de recherche du programme en simulation du Centre de simulation Mère‑enfant (CSME) du CHU Sainte‑Justine
Dre Géraldine Pettersen, pédiatre‑intensiviste, CHU Sainte‑Justine
Dre Andrée Sansregret, obstétricienne gynécologue, codirectrice du programme de formation en simulation du Centre de simulation Mère‑enfant (CSME) du CHU Sainte‑Justine

En collaboration avec le comité de planification de la 10e Journée de formation interdisciplinaire de la FMSQ

Horaire  À venir

 

Séance 13 | Y a-t-il un médecin dans l’avion ? Prière de vous identifier
Atelier interactif

Pour qui ?
Tous les médecins spécialistes et résidents intéressés

Séance demi-journée
de 13 h à 16 h 30

Lieu de l’activité
Palais des congrès de Montréal

Résumé
Cet atelier porte sur la responsabilité, ainsi que sur les conventions sous‑jacentes, que vous avez en tant que médecin lors de vos déplacements en avion, et ce, même en vacances. Il donne l’occasion de revoir les principes physiologiques rattachés aux vols aériens, les pathologies les plus courantes en avion, la trousse d’urgence d’un avion, et d’en apprendre un peu plus sur l’art de communiquer avec le pilote et le personnel de bord ainsi que sur les autres sources de renseignements utiles en cas d’urgence.

Objectifs

À la fin de cette activité, les participants seront en mesure :

  • De discuter des obligations d’un médecin qui voyage en avion ;
  • D’énumérer les pathologies les plus courantes dans un avion ;
  • De revoir les modes de communications avec le personnel de bord ;
  • D’identifier quelles données peuvent être partagées avec les patients, les amis et le personnel soignant sur l’état du patient et sur les restrictions de vol dans son cas.
Crédits de section 1
Comité scientifique

Dr Ernest Prégent, spécialiste en médecine d’urgence, Hôpital du Sacré‑Coeur de Montréal
Dr Claude Thibeault, président, Consultants Aeromed inc.

En collaboration avec le comité de planification de la 10e Journée de formation interdisciplinaire de la FMSQ

Horaire  À venir

 

Séance 14 | L'ABC de la photographie médicale
Atelier interactif et évaluation 

Pour qui ?
Tous les médecins spécialistes et résidents intéressés

Séance demi-journée
COMPLET (voir note dans le résumé)

Lieu de l’activité
Palais des congrès de Montréal

Résumé

Les photographies et les vidéos médicales gagnent en importance dans le cadre de la pratique des médecins spécialistes. Elles sont même devenues l’habitude pour plusieurs médecins, qui s’en servent comme documents cliniques, comme outils d’enseignement ou de recherche, et même comme preuves médicolégales. Cet atelier met l’accent sur les obligations déontologiques et juridiques du médecin et porte, entre autres, sur les exigences relatives au consentement du patient et à la conservation des photos et des vidéos. De plus, les participants se verront expliquer certaines techniques de photographie, qu’il s’agisse d’exposition, d’ouverture de l’objectif ou de vitesse de l’obturateur, pour prendre des photos médicales de qualité.

NOTE: 

Toutes les places pour cette séance (en matinée et en après-midi) ont été réservées.  Cependant, si quelques-unes devaient se libérer, nous serions heureux de vous en informer. 

Si ce cours vous intéresse et si vous souhaitez assister à cette séance, veuillez nous laisser vos coordonnées en communiquant avec un agent du bureau des inscriptions, au 514 287-9898 (poste 250), ou par courriel, à :  10jfi-inscription@jpdl.com. Nous communiquerons avec vous dès qu’une place se libère 


Objectifs

À la fin de cette activité, les participants seront en mesure :

  • D’appliquer les lignes directrices en matière d’éthique et de déontologie en ce qui concerne la photodocumentation médicale ;
  • De faire des photos médicales de qualité en utilisant les bons outils pour l’exposition, la bonne lentille, la bonne lumière, etc.
Crédits de sections 1 et 3
Comité scientifique

Dr Sam J. Daniel, ORL, directeur, Développement professionnel continu, FMSQ
Dr Farid F. Ibrahim, chercheur, CUSM, Hôpital général de Montréal
Dre Lorraine LeGrand Westfall, chirurgienne, directrice, chef de la protection des renseignements personnels, Affaires régionales, Association canadienne de protection médicale

En collaboration avec le comité de planification de la 10e Journée de formation interdisciplinaire de la FMSQ

Horaire  À venir

 

Activités d’évaluation de l’exercice et de simulation

Journée complète

Séance 15 | Soins avancés en réanimation cardiovasculaires (ACLS)
Activité d’évaluation de l’exercice et de simulation

Pour qui ?
Professionnels de la santé ayant une expérience clinique en soins critiques et d’urgence
Nombre de places limité : 48

Séance journée complète
de 8 h à 16 h 30

Lieu de l’activité
Palais des congrès de Montréal

Résumé
Au cours de cet atelier hautement interactif, vous apprendrez à évaluer correctement et rapidement une urgence cardiorespiratoire, à procéder à une réanimation en fonction de priorités, à stabiliser le patient et à faire le suivi auprès de lui après la réanimation, ainsi qu’à organiser et à diriger une équipe de réanimation. À la fin de cet atelier, vous recevrez la certification officielle ACLS (Advanced Cardiovascular Life Support).

Objectifs

À la fin de cette activité, les participants seront en mesure :

  • De comparer les nouvelles normes ACLS aux anciennes ;
  • De reconnaître les différents rythmes cardiaques ;
  • De choisir un algorithme ;
  • De déterminer le traitement approprié selon un algorithme ;
  • De gérer une équipe de soins lors de manoeuvres de réanimation.
Crédits de section 3
Comité scientifique

Dr Michel Beauvais, anesthésiologiste, Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie du Québec, et son équipe de réanimation

En collaboration avec le comité de planification de la 10e Journée de formation interdisciplinaire de la FMSQ

Horaire

8 h

Mot de bienvenue et explications

8 h 15

ACLS nouvelles normes

Dr Michel Beauvais

9 h 15

Algorithmes et pharmacologie

Dre Louise Vigneault

9 h 45

Pause-santé — Présentation d’affiches 

10 h

Syndrome coronarien

Dre Valérie Gaudreault

11 h

Atelier :  Asystolie/Dissociation/Bradycardie

Mme Geneviève Lalonde 

11 h 30

Atelier :  Arythmies Défibrillables

– Mme Sabrina Pelletier

– Dr Michel Beauvais

12 h 

Lunch de la présidente de la FMSQ, Dre Diane Francœur

13 h

Tachycardies stables / instables

Dre Valérie Gaudreault

13 h 30

Mégacode / Soins Post-Réa

Dre Louise Vigneault

14 h

RCR-DEA nouvelles normes

Mme Céline Deschênes 

14 h 30

Intubation difficile / AVC

Dr Maxime de Varennes

15 h

Pause-santé — Présentation d’affiches

15 h 15

Examen écrit (50 questions) 

15 h 45

Examen pratique (mégacode) 

17 h

Mot de la fin et évaluation en ligne

 

Activité sur 2 jours
Formation tenue au Centre de simulation et d’apprentissage interactif Steinberg

Séance 16 | Soins avancés en réanimation pédiatrique (PALS)
Activité d’évaluation de l’exercice et de simulation

Pour qui ?
Tous les médecins spécialistes intéressés et les professionnels de la santé qui sont responsables de la prise en charge d’urgences respiratoires et cardiovasculaires chez les nourrissons et les enfants.
Nombre de places limité : 24

2 jours complets
(17 et 18 novembre)
de 8 h à 16 h 30

Lieu de l’activité
Centre de simulation et d’apprentissage interactif Steinberg de l’Université McGill

Résumé
Cet atelier sur les soins avancés met l’accent sur une approche systématique de l’évaluation pédiatrique, sur les soins immédiats en réanimation, sur des algorithmes de traitement SARP, sur une réanimation efficace et des dynamiques d’équipe visant à améliorer la qualité des soins offerts aux patients gravement malades ou aux enfants blessés. À la fin de cet atelier, vous recevrez la certification officielle PALS (Pediatric Advanced Life Support).

Objectifs

À la fin de cette activité, les participants seront en mesure :

  • De déterminer les problèmes qui exposent un enfant au risque d’un arrêt cardiaque et les traiter ;
  • D’adopter une approche systématique en matière d’évaluation pédiatrique ;
  • D’utiliser adéquatement la séquence évaluer‑identifier‑intervenir ;
  • D’acquérir les algorithmes et les diagrammes de SARP ;
  • D’effectuer un bon travail d’équipe en réanimation.
Crédits de section 3

Comité scientifique
Cet atelier est organisé par le Centre de simulation et d’apprentissage interactif Steinberg de l’Université McGill.

Instructrice et experte
Dre Tamara Gafoor, pédiatre, professeur adjointe en pédiatrie, maître instructeur PALS, CUSM
Horaire  À venir

 

La Fédération des médecins spécialistes du Québec
a pour mission de défendre et de promouvoir les intérêts des médecins spécialistes membres des associations affiliées, sur le plan économique, professionnel, scientifique et social.

10e JFI – Journée de formation interdisciplinaire
17 et 18 novembre 2017
Au Palais des congrès de Montréal
1001 Place Jean-Paul-Riopelle, Montréal

DESIGN ET ILLUMINATION | Par RÉAKTION STUDIO 2017